De Bali a Trawangan via Lombok… vers un repos bien merite… par Guillaume

Tel le boeuf moyen sur le chemin de l’abattoir, nous embarquons apres 2 heures de route dans le ferry qui doit nous mener sur les idyliques iles Guili via Lombok.
La traversee est annoncee en deux heures, et en partant a midi, c’est tout naturellement que nous posons le premier pied sur lomboq a… 17h !!!
Sachant qu’une heure de route et une nouvelle heure de bateau nous attendent, nous commencons a envisager serieusement une nuit de camping sauvage, si tant est que nous arrivions un jour a destination… Nous sommes finallement deposes sur le rivage enchanteur vers 20h30 apres une traversee finale nocturne hasardeuse sur une coquille de noix,
picture-fred-009-bateau-gili-002-small.jpg
a la seule lueur vascillante de quelques etoiles, dont, visiblement, notre bonne…
picture-fred-009-bateau-gili-001-small.jpg

Passons sur la recherche finallement fructueuse mais incertaine d’un hebergement pour la nuit (« Jipi tu gardes les sacs ! Nous, on court !! »).

Pour la suite et pour resumer, la plus grande des 3 iles Gili ou nous sommes aujourd’hui – Trawangan – est une espece de petit paradis sur terre dont tous les engins a moteur sont banis, ou l’on circule en velo ou dans de charmantes petites charettes tractees par de fameliques equides. On fait le tour de l’ile en une heure, le nombre des hebergements est TRES limite et semble miraculeusement se caler sur le nombre de touristes, l’appel a la priere (welcome back in Muslim world) aussi regulier qu’un coucou Suisse et aussi matinal qu’un routard Parisien, l’eau douce y est aussi rare que les cocotiers rue des Archives, bref, enfin une pause bien meritee de soleil et de farniente dans notre furieuse equipee apneique… Ici c’est le Paradis des plongeurs de tout poil et des plus modestes « snorklers » dont je suis… On s’y baigne dans une eau a 30 degres et la barriere de corail qui entoure l’ile en fait un aquarium fourmillant et multicolore dont on a du mal a sortir la tete (coup de soleil garanti)… Le soir, nous choisissons a l’etal le poisson qui gresillera bientot sur le grill, et que nous degustons la tete dans les etoiles, berces par le ressac…entre deux « Allah Ouakbar »…

Ce contenu a été publié dans Bali, Indonésie, Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire